Catégories
Espace et Galaxies

Vidéo astronomie: Amenez l'univers à vos amis avec le télescope RASA 8 de Celestron

Le ciel urbain pollué par la lumière défie les astrophotographes à la recherche d'objets du ciel profond. Mais de nouvelles portées ultra-rapides et des caméras vidéo à petit profil le permettent. Des filtres spéciaux, conçus pour atténuer les longueurs d'onde des lampadaires et autres sources artificielles, améliorent considérablement vos chances. (Crédit image: David Sky Brody)

Une nouvelle génération de télescopes optiquement "rapides", connectés à des caméras vidéo compactes à haute résolution, est sur le point de perturber l'astronomie amateur – dans le bon sens.

De tels «astrographes vidéo» peuvent transformer notre poursuite solitaire en un passe-temps beaucoup plus social. Ces nouvelles portées peuvent également apporter une astrophotographie magnifique, colorée et de qualité magazine à la portée de budgets modestes – même pour ceux d'entre nous qui vivent à proximité de villes polluées par la lumière.

À la tête de cette nouvelle ère de perturbation heureuse: l'astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de Celestron (RASA, prononcé "RAHZ'suh"). Le RASA est spécialement conçu pour capturer de larges champs plats de lumière stellaire sans introduire de fausses couleurs et sans tacher ou étirer l'apparence d'une étoile individuelle (le problème redouté du «coma»).

C'est ce qu'on appelle un "astrographe" car il est conçu uniquement pour la photographie. Considérez-le comme un objectif d'appareil photo géant. Vous ne pouvez pas l'utiliser pour l'astronomie visuelle; il n'y a pas de trou pour faire tomber un oculaire! Les RASA sont disponibles en trois tailles d'ouverture. Nous avons regardé le plus abordable RASA 8 pouces (20 centimètres).

En relation: Les meilleurs télescopes pour l'argent – 2020 critiques et guide

Image 1 de 5

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA 8) (Crédit d'image: Celestron)
Image 2 de 5

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA 8) (Crédit d'image: Celestron)
Image 3 de 5

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA 8) (Crédit d'image: Celestron)
Image 4 de 5

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA 8) (Crédit d'image: Celestron)
Image 5 de 5

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA 8) (Crédit d'image: Celestron)

Les autres héros de cette joyeuse révolution sont les nouvelles caméras vidéo fabriquées par ZWO, Atik, QHY, Meade, Orion, Altair, Celestron et d'autres. Ces cames compactes et haute résolution s'adaptent facilement à la plaque avant du RASA, juste là où l'image se rassemble ("focus principal"). Leurs corps compacts, généralement cylindriques, bloquent très peu la vue.

Le RASA recueille la lumière si rapidement qu'il ne faut que quelques secondes au logiciel pour commencer à créer une image époustouflante sur un moniteur vidéo en direct. Et la vue continue de s'améliorer à mesure que les données s'accumulent. Pour la vidéo astronomie en direct, il est préférable d'utiliser une caméra couleur.

https://www.space.com/

Achetez Celestron RASA 8 sur Amazon.com | 1 699,99 $

Capturez des images grand champ et du ciel profond en quelques secondes avec l'astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron. Le télescope a une optique incroyablement rapide et un système d'imagerie ultra-stable. Il ne comprend pas de trépied et de système de montage.

Ouverture: 203 mm (8 ") | Distance focale: 400 mm (15,74 ") | Rapport focal: f / 2.0 | Longueur: 628 mm (24,7 ") | Poids: 17 lb (7,7 kg) | Gamme spectrale: 390-800nm

Pourquoi des caméras vidéo?

Dites le mot "vidéo" et la plupart des gens pensent à quelque chose qui bouge sur un écran. Mais la vidéo astronomie ne consiste pas à voir le mouvement dans le ciel. Certes, chaque étoile de l'univers bouge. Notre propre soleil – ainsi que la planète Terre – réduisent l'espace-temps à environ 220 kilomètres par seconde, ou 490 000 miles par heure. Les étoiles les plus rapides – celles lancées par des explosions de supernovae ou suspendues par des trous noirs supermassifs – avancent à plus de 1500 km / s. Notre vue humaine a évolué pour capter le mouvement: des prédateurs menaçants, de la nourriture séduisante, des situations dangereuses, des gens sexy. Mais la plupart des étoiles sont si éloignées les unes des autres qu'elles ne semblent pas évoluer sur des échelles de temps que les humains peuvent facilement remarquer. Alors, pourquoi tourner Starlight en vidéo?

La vidéo est un flux d'images fixes. Si vous les empilez – plutôt que de les enfiler – vous pouvez utiliser un logiciel pour augmenter la luminosité, faire apparaître la couleur, soustraire le bruit de l'appareil photo. Si le télescope est "rapide", ces images peuvent rapidement s'ajouter à un fantôme glorieux de nébulosité stellaire, se matérialisant sur un moniteur, juste sous vos yeux: les naissances et les morts des étoiles révélées. Quelque chose qui bouge profondément sur un écran après tout!

Qu'est-ce qui est rapide? Explication du rapport focal

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA)

Un schéma du système optique de la série Astrograph de Rowe-Ackermann Schmidt de Celestron. (Crédit d'image: Celestron)

Vous verrez fréquemment un télescope décrit par son "numéro f", https://www.space.com/ "f / 11, f / 6" et ainsi de suite. C'est son "rapport focal" – c'est le nombre que vous obtenez si vous divisez la distance focale (distance du miroir principal ou de l'objectif au point où l'image entre au point) par l'ouverture (diamètre du miroir principal ou de l'objectif).

Plus le nombre f est faible, plus le télescope "rapide" collectera la lumière, donc plus l'image sera lumineuse. Mais cela signifie également que le champ de vision sera plus large et le grossissement plus faible. Des instruments plus rapides sont donc meilleurs pour photographier de grandes cibles sombres, comme les galaxies et les nébuleuses, qui ont tendance à être plus diffuses. Les optiques plus lentes sont meilleures pour les petites cibles lumineuses comme les planètes, les éléments lunaires et les groupes d'étoiles. Le RASA, à f / 2.2, est un démon rapide, une machine à saisir les objets flous!

La portée sociale

Bien avant que le nouveau coronavirus ne déferle sur notre planète, nous, astronomes amateurs, étions des praticiens expérimentés de l'éloignement social, mais pas par choix ou par nécessité. L'astronomie n'a pas été exactement l'activité la plus commune. On passe beaucoup de temps à installer, brancher, aligner, calibrer, trouver des étoiles, pointer, focaliser et tripoter. Ceux-ci nécessitent de la concentration, ce qui signifie ne pas interagir beaucoup avec les gens.

Même avant que nous devions garder une distance de 6 pieds (2 mètres) les uns des autres, il n'était pas si facile d'amadouer des amis ou des membres de la famille dans le froid pour attendre leur tour à l'oculaire. Ils étaient enclins à être nerveux à l'idée d'endommager votre appareil coûteux; gêné par les gens qui attendent derrière eux. Ils étaient souvent penchés et mal à l'aise d'adapter leur corps à nos plates-formes étrangement inclinées. Donc, ils ont généralement beaucoup moins bien regardé que ce qu'ils voulaient vraiment. Cela n'était guère propice à la jouissance collective. Ce qui aurait dû déclencher un "WOW!" trop souvent transformé en un "meh".

La vidéo astronomie – également appelée "astronomie assistée par électronique" – change tout cela. Un moniteur en direct connecté au télescope, ou un flux en direct sur le Web, ramène instantanément le plaisir. Avec le RASA, "un ordinateur portable et un appareil photo sont tout ce dont vous avez besoin", a déclaré Dylan O'Donnell à Space.com depuis son observatoire de Byron Bay, dans l'est de l'Australie. Marketing Internet le jour et astrophotographe de haut niveau la nuit, O'Donnell publie la chaîne YouTube STAR STUFF extrêmement utile.

"Si vous souhaitez utiliser un appareil portable, comme un téléphone ou une tablette", a-t-il dit, "le ZWO ASI Air (contrôleur de caméra Wi-Fi), ou un équivalent, peut rendre l'astronomie portable un peu plus facile que de trimballer un ordinateur." Avec une telle plate-forme et une bonne connectivité Internet, vous pouvez diffuser en direct les merveilles de l'univers à de nombreuses personnes isolées derrière des portes closes.

Même avant que nous devions garder une distance de 6 pieds (2 mètres) les uns des autres, il n'était pas si facile d'amadouer des amis ou des membres de la famille dans le froid pour attendre leur tour à l'oculaire. Ils étaient enclins à être nerveux à l'idée d'endommager votre appareil coûteux; gêné par les gens qui attendent derrière eux. Ils étaient souvent penchés et mal à l'aise d'adapter leur corps à nos plates-formes étrangement inclinées. Donc, ils ont généralement beaucoup moins bien regardé que ce qu'ils voulaient vraiment. Cela n'était guère propice à la jouissance collective. Ce qui aurait dû déclencher un "WOW!" trop souvent transformé en un "meh".

La vidéo astronomie – également appelée "astronomie assistée par électronique" – change tout cela. Un moniteur en direct connecté au télescope, ou un flux en direct sur le Web, ramène instantanément le plaisir. Avec le RASA, "un ordinateur portable et un appareil photo sont tout ce dont vous avez besoin", a déclaré Dylan O'Donnell à Space.com depuis son observatoire de Byron Bay, dans l'est de l'Australie. Marketing Internet le jour et astrophotographe de haut niveau la nuit, O'Donnell publie la chaîne YouTube STAR STUFF extrêmement utile.

"Si vous souhaitez utiliser un appareil portable, comme un téléphone ou une tablette", a-t-il dit, "le ZWO ASI Air (contrôleur de caméra Wi-Fi), ou un équivalent, peut rendre l'astronomie portable un peu plus facile que de trimballer un ordinateur." Avec une telle plate-forme et une bonne connectivité Internet, vous pouvez diffuser en direct les merveilles de l'univers à de nombreuses personnes isolées derrière des portes closes.

L'astronome Dylan O'Donnell avec Celestron RASA 8: Dans son observatoire de Byron Bay en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, ce communicateur scientifique, développeur Web à succès, YouTuber et musicien parvient en quelque sorte à trouver la bande passante pour une astrophotographie passionnée, précise et convaincante. (Crédit d'image: Dylan O'Donnell / Byron Bay Observatory)

En tant que membre de la Team Celestron, O'Donnell a été l'un des premiers à mettre la RASA à l'épreuve dans le monde réel, avec des allures exigeantes. "J'ai utilisé le RASA pour l'astronomie de style vidéo en direct et ces oscilloscopes f / 2 sont parfaits", a-t-il déclaré. "Certains logiciels – comme SharpCap et (Howie Levine's) Astro Toaster – peuvent fournir des fonctionnalités d'empilement en direct, qui créeront une image à partir d'expositions courtes assez rapidement à l'écran, tout en supprimant le bruit et en faisant de l'astronomie une expérience beaucoup plus rapide et plus viscérale. Lors des événements de sensibilisation, cette technique peut être très impressionnante avec un projecteur! "

Regardez Dylan O'Donnell monter une caméra sur le RASA 8.

Lorsque nous sommes en mesure de nous rassembler à nouveau, ce passe-temps autrefois solitaire et mystérieux peut rapidement devenir une expérience partagée agréable – comme un concert sympa ou le grand jeu – sur un grand écran. Veuillez simplement vérifier, si vous prévoyez de le faire lors d'une soirée classique, que votre moniteur lumineux sera autorisé. N'osez pas dépouiller l'obscurité pour les observateurs visuels!

Les rencontres astronomiques ne doivent pas exister uniquement en temps réel et dans l'espace réel. Les médias sociaux déplacent la fête des étoiles à travers la quatrième dimension: publier la fière astrophoto que vous venez de faire en empilant et en ajustant la course d'imagerie de la nuit dernière est un merveilleux démarreur de conversation.

Destin imminent dans la grande nébuleuse de Carina (NGC 3372): Couvrant plus de 100 années-lumière de largeur, cette image est centrée sur une région d'étoiles bleues très jeunes et très chaudes. Mais l'étoile la plus brillante, juste à gauche de la voie du milieu sombre, n'en fait pas partie. C'est Eta Carinae, dans les dernières étapes de sa vie. À plus de 100 fois la masse de notre soleil, il pourrait bientôt exploser en supernova. NGC 3372 se trouve à environ 7 500 années-lumière de nous. Cette image a été prise avec une caméra Celestron RASA 8 et ZWO1600MM, refroidie à -15 degrés Celsius, avec un temps d'intégration total de 75 minutes. (Crédit d'image: Dylan O'Donnell / Byron Bay Observatory)

Aller en profondeur

Au-delà de la capture d'images en direct pour un affichage, la vidéo astronomie sur le RASA peut également draguer les ondes lumineuses anciennes de l'abîme beaucoup plus rapidement que presque tous les autres télescopes. Pour obtenir les images les plus nettes du ciel profond, il est préférable de passer à un appareil photo monochrome et de capturer une partie du spectre à la fois ("imagerie à bande étroite").

L'ouverture relativement petite du RASA 8 signifie que vous ne pouvez pas utiliser de grandes roues à filtres motorisées; vous devez insérer manuellement des filtres simples le long du chemin optique vers votre caméra. Mais cela peut être très utile si vous vivez sous la pollution lumineuse; ce que l'on appelle les filtres coupe-bande et les filtres du ciel peuvent soustraire la lumière artificielle de vos images du ciel.

Si vous saisissez un certain nombre d'expositions par ensembles, chacune optimisée pour l'enregistrement des longueurs d'onde clés, votre astrophoto finale empilée peut révéler une structure dans l'univers qui était invisible pour les plus grands observatoires de la Terre il y a 40 ans.

Grâce à la vitesse optique du RASA, vous pouvez faire en 2 heures ce que d'autres instruments peuvent à peine gérer en deux nuits. Et un tel système peut obtenir de bonnes images dans des endroits étonnamment pollués par la lumière près des villes. La vidéo «RASA 8 First Light Review» d'O'Donnell vous montrera ce qui est possible.

Même si le RASA est rapide, vous en avez toujours besoin pour suivre avec précision un point dans le ciel. Cela nécessite un support motorisé sous contrôle informatique.

Commencez par effectuer le meilleur alignement polaire possible. Ensuite, "vous voulez vraiment guider et tergiverser si possible", a déclaré O'Donnell, "vous aurez donc besoin d'une lunette de guidage et d'une caméra connectée à votre ordinateur d'imagerie."

«Dither» signifie légèrement pousser le télescope dans une direction aléatoire différente chaque fois que vous commencez une nouvelle exposition. Cela permet de trouver et de tuer facilement les mauvais pixels (à partir du capteur de l'appareil photo), les stries de satellite (il y en aura bientôt beaucoup plus!), Ou tout autre artefact cohérent lorsque vous empilez les photos pour créer votre composite final.

Brise à travers la nébuleuse de la lagune (M8):
Cette région venteuse de poussière illuminée, soufflée par des étoiles nouvellement formées, se trouve à environ 5200 années-lumière. La nébuleuse brillante, ionisée par la lumière ultraviolette des jeunes, révèle de nombreux "globules Bok" sombres, dans lesquels la matière se condense pour former des générations d'étoiles ultérieures. Le nom Lagoon dérive des couloirs de poussière sombre qui semblent circuler autour de l'étoile brillante super géante Herschel 36. Cette image a été capturée avec un Celestron RASA 8 et une combinaison des caméras d'astrophotographie ZWO1600MM et QHY 12.
(Crédit d'image: Dylan O'Donnell / Byron Bay Observatory)

Au-delà de la vibration, il y a de la bruine. Une technique développée à l'origine pour perfectionner les images historiques du champ profond de Hubble est maintenant à votre disposition, astrophotographe amateur. Le bruissement – connu techniquement sous le nom de "reconstruction linéaire à pixels variables" – peut être invoqué au stade du traitement d'image pour restaurer les informations perdues en cas de sous-échantillonnage (on ne peut les exposer que pendant si longtemps). Un bruissement sur vos données d'image peut corriger de petites distorsions géométriques causées par la variabilité de l'optique; l'astrographe et la caméra sont excellents, mais pas parfaits:

"L'une des raisons pour lesquelles le RASA 8 fonctionne si bien est que l'échantillonnage est si bon pour les caméras populaires", a déclaré O'Donnell. "Cependant, comme le champ est si large, les étoiles semblent assez petites et peuvent sembler polyédriques." Mais le tramage (pendant la prise de vue) et la bruine (lorsque vous empilez) peuvent réparer les dommages causés par la capture d'image à large champ. Regardez O'Donnell décomposer l'ensemble du flux de travail en étapes simples et faciles dans sa vidéo «Prendre des photos de l'espace».

La gamme RASA

Les assemblages de tubes optiques (OTA) RASA – juste le télescope lui-même, pas de monture, pas de trépied – de trois dimensions différentes sont actuellement disponibles: le RASA 8 pouces (20 cm) peut être trouvé pour environ 1700 $. L'intensification du RASA 11 pouces (28 cm) coûtera environ 3 500 $. Vous pouvez regarder la vidéo de la revue RASA 11 d'O'Donnell ici.

Dans le haut de gamme, Celestron a également développé le RASA à ouverture de recherche de 36 cm (14 pouces) destiné aux institutions, entreprises et agences impliquées dans la surveillance spatiale. Beaucoup de ces gros RASA fonctionnent pour surveiller les déchets spatiaux qui peuvent endommager les satellites de données de communication. D'autres traquent des comètes et des astéroïdes proches de la Terre. Quelques uns examinent les galaxies et les amas galactiques.

https://www.space.com/

Achetez Celestron RASA 8 sur Amazon.com | 1 699,99 $

Capturez des images grand champ et du ciel profond en quelques secondes avec l'astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron. Le télescope a une optique incroyablement rapide et un système d'imagerie ultra-stable. Il ne comprend pas de trépied et de système de montage.

Ouverture: 203 mm (8 ") | Distance focale: 400 mm (15,74 ") | Rapport focal: f / 2.0 | Longueur: 628 mm (24,7 ") | Poids: 17 lb (7,7 kg) | Gamme spectrale: 390-800nm

Au-delà du prix, le RASA 8 peut revendiquer deux avantages supplémentaires: il a un champ de vision plus large que ses frères et sœurs, vous permettant de saisir de grandes vues célestes, comme la nébuleuse d'Orion, dans un seul cadre. "Cette distance focale de 400 millimètres se traduit par un champ de vision assez large", a déclaré O'Donnell à Space.com, "à moins que vous ne regardiez Andromède, ce télescope est moins un chasseur de galaxie et plus un grand monstre de nébuleuse" ! "

Et le RASA 8 est également éminemment transportable. Le plus petit OTA de 8 pouces peut être utilisé sur un support plus petit et moins cher, au sommet d'un trépied plus compact; ce qui facilite la sortie de votre plate-forme vers des sites du ciel sombre pour de meilleures images – ou le déplacement de votre machine de partage du ciel dans des lieux de fête étoiles.

La taille plus petite du RASA 8, cependant, limite la taille de la caméra que vous pouvez y adapter. Votre ancien reflex numérique est trop gros. Il s'agit donc probablement d'un capteur vidéo plein format. En fait, le RASA 8 est à peu près limité aux appareils photo APS-C (Advanced Photo System type-C) du format Micro Four Thirds. Mais il y en a beaucoup parmi lesquels choisir

Pour choisir la bonne caméra pour vos besoins, il est préférable de travailler avec un magasin d'astronomie qualifié. La zone sur laquelle le RASA 8 peut se concentrer est assez étroitement liée; le capteur de votre caméra doit être dans cette zone et seules certaines caméras réussiront. Nous avons travaillé avec le revendeur expert David Barrett de High Point Scientific pour configurer notre plate-forme.

Les dragons de combat d'Ara (NGC 6188):
Ils se battent – ou peut-être s'embrassent – à 4000 années-lumière de la Terre, dans la constellation d'Ara. Aussi magiques qu'ils paraissent, ces dragons ne sont que des bouffées de poussière, érodées par des vents stellaires, soufflant de l'association lâche de petites étoiles massives derrière elles. Cette image a été prise avec un Celestron RASA 8 et un appareil photo ZWO1600MM.
(Crédit d'image: Dylan O'Donnell / Byron Bay Observatory)

Le besoin de vitesse

La grande majorité des étoiles – même la plupart de celles de notre propre galaxie – ne peuvent pas être vues sans un télescope collectant leur lumière et une caméra stockant cette lumière. Regardez dans la nuit, vous ne verrez pas ce qu'une «exposition temporelle» peut enregistrer. Pour voir les couleurs et trouver la structure dans le cosmos, vous devez collecter cette lumière au fil du temps, en la stockant sous la forme d'une image à longue exposition et, peut-être, en empilant beaucoup de ces images. Avec un télescope "optiquement lent" typique, cela peut prendre de nombreuses heures à l'extérieur – souvent sur plusieurs nuits – et plus à l'intérieur, pour traiter et peaufiner l'ordinateur. L'astrophotographie a, jusqu'à présent, exigé une grande patience et une méditation presque monastique – des caractéristiques dont peu d'entre nous sont abondamment bénis.

Les conceptions optiques des télescopes ont chacune des capacités différentes pour collecter des photons (ou des particules de lumière) de loin. Plus une lunette peut les saisir rapidement, moins la Terre a le temps de tourner. Le RASA peut saisir une image monochrome de base ("noir et blanc") de l'un des "flous" les plus connus (tels que la galaxie d'Andromède ou la nébuleuse d'Orion) en une minute environ, sans avoir besoin de guider la portée. Un télescope Schmidt-Cassegrain (SCT) typique de la même ouverture aura besoin d'au moins 13 minutes pour obtenir une image similaire. Et le SCT devra être précisément aligné sur les pôles et suivre activement tout le temps, car la Terre tourne sensiblement.

En termes de caméra, le RASA est comme un objectif évalué à f / 2,2. C'est très "rapide". Seuls les objectifs principaux de la plus haute qualité utilisés par les directeurs de la photographie offrent généralement cette performance. Par comparaison, le SCT moyen ou Richey-Chrétien ("R-C" comme le télescope spatial Hubble) ne fonctionne pas plus vite que f / 10. Les concepteurs de télescopes utilisent un numéro T plus précis, qui prend en compte la lumière volée par les structures internes. Le RASA est un système T / 2.5; un SCT typique ne fait pas mieux qu'environ T / 11.

Le grossissement n'est pas le point fort du RASA. Chacun des trois RASA est un seau de lumière à champ large, idéal pour ensacher de grands objets sombres comme des nébuleuses et de grandes galaxies (à proximité), mais aussi pour découvrir des astéroïdes, des comètes et localiser des débris spatiaux créés par l'homme. Ce n'est pas pour les planètes. Si vous êtes intéressé à rechercher par vous-même si le grand point rouge de Jupiter rétrécit vraiment, procurez-vous un bon réfracteur apochromatique.

En relation: Meilleurs télescopes pour débutants – Guide 2020

Un télescope licorne?

Astrographe Rowe-Ackermann Schmidt de 8 pouces de Celestron (RASA) (Crédit image: David Sky Brody)

Au début, l'idée semble délicate: vous placez une goutte de caméra vidéo au milieu de l'extrémité avant d'un télescope coûteux, de sorte qu'elle ressort dans la nuit comme une défense de narval. Ajoutez à cela l'insulte de quelques câbles drapés: données (vidéo) et alimentation. N'obstruez-vous pas la partie la plus vitale du capteur de lumière? Eh bien, non, tu ne l'es pas. Un télescope hybride "catadioptrique" prend la lumière autour de l'anneau de sa grande "plaque de correction" à l'avant, puis la fait rebondir sur un grand miroir à l'arrière. Dans les télescopes plus connus de Schmidt Cassegrain (SCT) ou Maksutov Cassegrain (Mak-Cas), cette lumière est renvoyée une fois de plus, par un petit miroir secondaire, et sort par un trou dans le miroir principal où votre oculaire attend.

Sans oculaire, RASA n'a pas besoin d'un tel trou. Une partie du génie de l'astrographe Rowe-Ackermann Schmidt (et de ses ancêtres, les améliorations de la caméra Fastar et HyperStar) est de ramener l'image au premier plan après un seul rebond. C'est donc là que vous mettez votre appareil photo. Vous ne pouvez pas y mettre un oculaire; votre tête bloquerait la majeure partie de l'ouverture.

La coque arrière du RASA contient un ventilateur électrique – et un orifice de ventilation à écoulement séparé – pour aider à mettre l'optique en équilibre thermique avec le monde qui les entoure. Les différences de température à travers les surfaces en verre peuvent jouer avec votre foyer, donnant à votre champ d'étoiles l'impression d'être imprimé sur Silly Putty. Le ventilateur du RASA obtient une alimentation de 12 volts à partir d'une batterie ou de votre réservoir d'alimentation; c'est l'un des nombreux câbles que vous devrez utiliser.

Vous devrez également câbler la caméra. En dehors des smartphones, il n'y a pas encore beaucoup de petites caméras vidéo sans fil de haute qualité. Peut-être qu'avec le réseau 5G qui germera partout (bientôt!), La demande pour une telle "petite bête" se développera. D'ici là, nous aurons des câbles dans nos champs de vision. Ces fils introduiront des pointes de diffraction dans vos images. Mais si vous habillez vos câbles à 90 degrés, vous obtiendrez cet effet étoile à quatre pointes classique, que beaucoup de téléspectateurs trouvent agréable.

Où le soufre signifie le frai (NGC 3603 + NGC 3576)
Deux nœuds lumineux de nébulosité s'influencent mutuellement à 9 000 années-lumière de nous dans la constellation de Carina. Une signature de Sulphur raconte une histoire d'épisodes successifs de formation d'étoiles ici. NGC 3603, le verticille "supérieur" sur cette image, contient un groupe de certaines des étoiles les plus brillantes et les plus massives vues de la Terre. Le NGC 3576 inférieur révèle deux nuages ​​de condensation sombres où des "proplyds" – étoiles infantiles – peuvent être en gestation. Les deux nébuleuses montrent des concentrations d'éléments inhabituellement lourds, déposés par des étoiles de «génération évoluée». Cette image a été capturée avec un télescope Celestron RASA 8 et une caméra ZWO1600MM.
(Crédit d'image: Dylan O'Donnell / Byron Bay Observatory)

CMOS vs CCD

Alors que l'équipage d'Apollo 11 se dirigeait vers la lune, la première puce d'image de dispositif à couplage de charge (CCD) était en cours de développement aux Bell Labs du New Jersey. Les CCD ont rapidement remplacé les tubes fragiles et capricieux des caméras vidéo. J'en ai vu pour la première fois un appliqué à un télescope en 1985, au complexe observatoire du Mauna Kea à Hawaï.

Les caméras d'astrophotographie CCD à barillet modernes sont spectaculairement «silencieuses» (faible bruit visuel), en particulier lorsqu'elles sont activement refroidies. Mais ils souffrent de pixels «chauds» occasionnels (erreurs individuelles d'accumulation quantique tout blanc). Et ils "fleurissent" parfois (introduisent une lueur en forme) à travers le cadre. Les CCD prennent des images merveilleusement détaillées, mais elles prennent un certain temps à le faire.

Les capteurs CMOS (Complementary Metal Oxide Semiconductor) gagnent en qualité sur les CCD et sont disponibles à moindre coût. Ils ont tendance à être plus bruyants que les CCD. Mais ce bruit est d'un caractère différent, plus subtil. Et les capteurs CMOS peuvent être plus petits que les CCD, avec des densités de pixels beaucoup plus élevées. Les caméras de votre téléphone sont CMOS. La logique CMOS est rapide; une exposition plus rapide à travers un télescope signifie une moindre chance que des erreurs de suivi de mouvement s'accumulent pour déformer vos portraits célestes.

Si votre objectif principal (un mauvais jeu de mots) est sur les planètes, la lune de la Terre ou le soleil, vous seriez bien avisé de chercher d'abord une solution CMOS. Veuillez noter que les OTA à large champ comme le RASA ne sont pas bons pour les petites cibles. Si vous avez envie de galaxies lointaines – et que vous avez peut-être un peu plus de revenu disponible pour votre passe-temps d'astrophotographie – regardez l'une des caméras CCD scientifiques haut de gamme, qui fonctionnent à 16 bits de profondeur.

Qu'elles soient CCD ou CMOS, les étoiles filantes avec des caméras vidéo dédiées vous offrent l'avantage d'un refroidissement actif, ce qui réduit le bruit électronique. Votre ancien reflex numérique n'a pas de ventilateur (et il est de toute façon trop grand pour être utilisé sur le RASA 8.)

Des capteurs vidéo cylindriques compacts, spécialement conçus, comme cette caméra couleur ZWO ASI-183, laissent passer beaucoup de lumière stellaire vers le miroir principal des astrographes rapides comme ce Celestron RASA 8. Imaginez la portée comme un téléobjectif géant. Cette combinaison particulière est idéale pour capturer de très grandes scènes, comme les nébuleuses géantes. Oui, les câbles provoquent des pointes de diffraction sur les étoiles, mais la plupart des téléspectateurs ne le remarquent pas ou les aiment vraiment. (Crédit image: David Sky Brody)

Sur les épaules des géants

À partir des années 1930, quelques observatoires professionnels ont construit de grands télescopes avec des caméras à l'intérieur. Conçus par l'opticien estonien Bernhard Schmidt, ces instruments offraient des rapports focaux rapides et des vues à très large champ. Mais changer le film était lourd. Et l'entretien de la caméra signifiait démonter la plupart du télescope.

La capacité de ces "caméras Schmidt" à saisir de vastes étendues de ciel a rapidement permis de nombreuses découvertes d'astéroïdes, des relevés de supernova et capturé les premiers indices de l'existence de la force d'attraction de la matière noire et de la force répulsive de l'énergie sombre.

À partir des années 1970, bon nombre de ces grands instruments anciens ont été mis à niveau avec certains des premiers détecteurs CCD à la place des caméras. Au début, les CCD étaient très chers; dans de nombreux cas, sur mesure. (L'une des plus grandes caméras Schmidt, le télescope Samuel Oschin de 1,2 m (48 pouces) de l'Observatoire Palomar en Californie, a été mise à niveau avec cinq générations CCD successives.)

À la fin des années 1970, les fabricants de télescopes desservant le marché amateur ont commencé à proposer des tubes optiques Schmidt avec des porte-films de 35 mm à l'intérieur, faisant progresser l'astrophotographie amateur au-delà du niveau de montage sur mesure.

Alors que le nouveau siècle approchait et que les CCD déplaçaient le film, Celestron a présenté sa caméra Fastar, conçue pour moderniser les télescopes de stock Schmidt-Cassegrain (SCT). Les propriétaires amputeraient le petit miroir secondaire du télescope, le remplaçant par le Fastar. Cela signifiait qu'ils ne pouvaient plus observer à l'œil nu, mais pouvaient concentrer la lumière des étoiles sur le CCD 320 x 240 pixels du Fastar; assez primitif par rapport aux normes actuelles de 3 840 x 2 160 pixels ("4K"), mais incroyable pour le moment.

Au début des années 2000, les propriétaires de Starizona, un magasin de passionnés d'astronomie à Tucson, en Arizona, ont propulsé le loisir de l'astrophotographie avec les kits innovants de rénovation HyperStar. Les propriétaires pouvaient désormais attacher leur nouveau DSLR (appareil photo numérique reflex mono-objectif), ou petite caméra vidéo CCD, à leur SCT. Des images électroniques à grand champ, obtenues par des télescopes rapides à courte focale, étaient désormais possibles. Mais seuls certains télescopes ont pu être convertis. De plus petites ouvertures seraient inutiles avec de gros appareils photo reflex numériques suspendus à l'avant, bloquant la lumière. Et il n'aurait pas été logique pour Starizona de créer un kit pour chaque type et taille SCT existant en service.

Vers 2013, la Celestron Co. est parvenue à un consensus interne sur le fait qu'un astrographe rapide, large et dédié – un tube de télescope construit spécifiquement comme un "objectif" de caméra – pourrait ouvrir l'astrophotographie à de nombreux autres observateurs amateurs. Les conceptions pionnières de David Rowe et les améliorations innovantes de Mark Ackermann ont mis les ingénieurs de Celestron au défi de mettre sur le marché un astrographe de masse abordable. Rowe et Ackermann ont été honorés en tant que «R» et «A» dans RASA. Et le RASA 11 est né.

Poussés par la demande des consommateurs pour de meilleurs appareils photo numériques et smartphones d'imagerie, les capteurs vidéo ont continué de rétrécir alors même qu'ils augmentaient en pixels. This spawned the clutch of less-massive, purpose-built astrophotography cameras available today. With smaller bodies — generally cylindrical in shape — such cameras obscure less of the telescope's working area, making it possible for Celestron to offer the RASA design concept in a more affordable 8-inch aperture footprint.

Observing the future

Remember those grand old Schmidt tubes with the film cameras inside? Now, as video cameras contract, it's possible the next generation of consumer telescopes, beyond RASA, might put the camera back inside the tube, more or less permanently mounted. Ubiquitous 5G network connectivity could make the camera, the astrograph OTA and the computer-driven tracking mount all completely wireless.

Time will tell. In the meantime, fast (f/2) wide field telescopes like RASA, and compact, 4K video cameras are here now, producing wonderful images that are easy to post and distribute. Every one of us is a stakeholder in the universe. Help your friends to claim their share.

Our rig config

This article was prepared using the following equipment:

  • Celestron RASA 8
  • Celestron Advanced VX mount
  • ADM Dual-AVX saddle retrofit
  • ZWO ASI 183MC Pro USB3.0 color cooled astronomy camera
  • Starizona Complete RASA 8" Filter Slider System (STZ-SFS-ZWO)
  • Orion DC Power Cord 07331
  • ZWO AC to DC Adapter (American) ACD-US

Follow the author @DavidSkyBrody. Follow us on Twitter @Spacedotcom and on Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *